Une introduction à la mythologie grecque: Partie III - La guerre de Troie

{h1}

Note de l’éditeur: il s’agit d’un article invité de Tony Valdes.


Bienvenue dans notre série sur la mythologie grecque. Dans les articles précédents, nous avons établi le panthéon de Dieux et déesses grecs, les histoires d'origine de l'humanité et les héros qui ont inspiré les Grecs. Aujourd'hui, toutes ces connaissances de base seront réunies dans l'histoire de la guerre de Troie.

La guerre de Troie a-t-elle été un événement historique?


Les chercheurs ne sont pas certains des détails historiques de la guerre de Troie. Il est prouvé qu'une ville nommée Troie existait et qu'elle a été saccagée et détruite par les Grecs, mais les proportions de la bataille et certains des événements décrits peuvent avoir été élaborés par des auteurs grecs.

Il pourrait être utile de penser à l’histoire que nous sommes sur le point d’explorer comme le film de Mel Gibson Un cœur brave. L'histoire rapporte que William Wallace a été brutalement exécuté par les Britanniques après s'être battu pour la liberté écossaise sur les champs de bataille de Stirling et Falkirk. Un cœur brave décrit clairement ces faits; cependant, si nous devions comparer davantage le film à l'histoire écossaise, nous verrions rapidement que Mel Gibson a pris des libertés artistiques et embelli l'histoire de William Wallace. Les Grecs ont probablement fait la même chose avec les héros et les événements de la guerre de Troie.


Il est également intéressant de noter qu'aucun texte ancien ne fournit l'histoire complète de la guerre de Troie; au lieu de cela, il a été reconstitué à partir de plusieurs sources, notamment de Homer L'Iliade et L'Odyssée. Une autre partie importante de l’histoire vient du poète romain Virgile. L'Énéide ainsi que des pièces de théâtre de Sophocle et Euripide. Parmi les excellentes sources qui assemblent les pièces, citons Edith Hamilton Mythologie, De Thomas Bulfinch Mythologie de Bulfinch, et Robin Waterfield’s Les mythes grecs.



Indépendamment du niveau de précision du conte ou du nombre d'auteurs contributeurs, la guerre de Troie est l'une des histoires les plus célèbres de la mythologie grecque, juste après les aventures d'Odysseus qui en reviennent.


Comment les olympiens ont accidentellement déclenché la guerre de Troie

L'histoire commence par une célébration sur l'Olympe. Naturellement, la déesse de la discorde, Eris, n'a pas été invitée aux festivités. Amère de son exclusion, Eris a imaginé un cadeau pour faire fuir les Olympiens. Elle a inscrit «pour la plus belle» sur une pomme d'or et l'a jeté au milieu des belles déesses olympiennes Aphrodite, Athéna et Héra. Bien sûr, chaque déesse a estimé qu'elle était la plus belle et méritait à juste titre la pomme. La dispute entre les trois déesses est devenue si violente qu'elle a été portée devant Zeus pour jugement. Zeus, sachant mieux que de se trouver au milieu d'une dispute entre femmes, en particulier une dispute pour savoir qui était la plus belle, dit aux déesses qu'elles devaient permettre que la dispute soit réglée par un homme mortel: Paris, le prince de Troie.


Le jugement de Paris

Hélène de Troie prise peinture de guerre de Troie.


Paris, qui a été enchaîné avec une nymphe nommée Oenone, a été surpris de faire apparaître les déesses et de lui donner l'honneur de choisir la plus belle. Manquant de confiance en leur propre beauté et connaissant le cœur rebelle des mortels, chaque déesse promit à Paris un pot-de-vin extravagant. Athéna offrit à Paris la victoire sur les Grecs, ennemis des Troyens. Hera a offert à Paris la domination sur toute l'Europe et l'Asie. Mais c'est Aphrodite, la déesse de l'amour et de la beauté, qui a le mieux compris le cœur lubrique de Paris: elle lui a offert la plus belle femme mortelle du monde. Bien que chaque offre soit tentante, Paris a choisi Aphrodite, mettant ainsi Athéna et Héra en colère.

Malheureusement, la plus belle femme du monde, Helen, allait bientôt se marier. Pendant des années, les champions de la Grèce avaient demandé la main de la princesse spartiate en mariage. Voyant le potentiel de désastre, son père a astucieusement demandé à ces héros grecs de prêter serment d'honorer et de protéger celui qu'il choisissait d'épouser sa fille. Une fois qu’ils l’ont fait, le père d’Helen a nommé Ménélas comme le futur mari chanceux d’Helen et le nouveau roi de Sparte.


Le mariage imminent d’Helen n’était qu’un obstacle mineur à surmonter pour une déesse, alors Aphrodite a conduit Paris à Sparte, où il a été accueilli en tant qu’invité à la fête de mariage en dépit d’être un cheval de Troie. Comme nous le verrons en explorant L'Odyssée, le concept d’hospitalité des Grecs s’étend bien au-delà du nôtre. Lorsque Ménélas fut appelé pour affaires en Crète, Paris trahit son généreux hôte, prit Hélène et s'enfuit à Troie.

On ne sait pas si Helen a été kidnappée ou laissée volontairement à Paris. Waterfield croit qu'Helen est tombée amoureuse de lui. En revanche, Bulfinch postule qu'Helen aimait vraiment Ménélas mais a été forcée de se conformer à la volonté d'Aphrodite, faisant ainsi d'Helen une abductée involontaire. Le compte d'Homère dans L'Odyssée synthétise ces points de vue: le dialogue d’Helen révèle qu’elle aime vraiment Ménélas, mais implique également qu’à un moment donné, elle est également tombée amoureuse de Paris. Elle poursuit en exprimant sa perplexité face à son propre comportement et dénonce son amour insensé et éphémère pour le cheval de Troie.

Indépendamment de ce qui était dans le cœur d'Helen, les actions de Paris étaient intolérablement odieuses pour les Grecs. L’implication d’Aphrodite avait rendu Paris trop audacieux: non seulement il avait enlevé l’épouse du roi spartiate, mais il avait également montré un mépris ouvert pour l’hospitalité gracieuse et imméritée de ses ennemis. En substance, Paris s'était promené dans Sparte et avait retourné Ménélas du majeur. La seule option laissée aux Grecs était la guerre.

«Le visage qui a lancé mille navires»

Ménélas, en découvrant que sa femme était partie, était furieux et a appelé les champions grecs à remplir leur serment. Le frère de Ménélas, Agamemnon, a rassemblé l’armée grecque. Les deux guerriers les plus notables à appeler étaient Ulysse et Achille.

Mille navires de guerre grecs ont mis les voiles pour Troie, ce qui a valu à Hélène la distinction d'être «le visage qui a lancé mille navires». Le roi Priam de Troie se prépara au combat et nomma ses fils, Paris et Hector, pour servir de généraux. Malgré la grande liste héroïque des Grecs - Ménélas, Agamemnon, Ulysse, Achille, Diomède et Ajax étaient tous des guerriers du plus haut calibre - ils ne pouvaient pas gagner un avantage sur les murs épais de Troie, la direction d'Hector et une peste envoyé d'Apollo.

Les dieux choisissent les côtés

La guerre est restée neuf ans dans une impasse. Finalement, Olympus a remarqué et est intervenu. Athéna et Héra, toujours en rancune contre Paris, vinrent au secours des Grecs avec Poséidon. Aphrodite s'est rangé du côté des Troyens, et Artémis et Apollon l'ont fait aussi. Zeus a juré de rester neutre, mais dans son cœur, il a favorisé les Troyens. Désormais, les dieux combattaient aux côtés des hommes et la bataille devenait plus sanglante que jamais.

Au pire moment possible, Achille et Agamemnon se sont retrouvés en désaccord. C'était le moment où Homer a choisi de commencer son récit de l'histoire en L'Illiade. Je préfère la traduction par Robert Fagles des premières lignes de l’épopée:

Rage - Déesse, chantez la rage d'Achille, fils de Pélée,

meurtrier, condamné, qui a coûté aux Achéens d'innombrables pertes,

précipitant vers la Maison de la Mort tant d'âmes solides,

les âmes des grands combattants, mais qui ont rendu leurs corps charognards,

fêtes pour les chiens et les oiseaux,

et la volonté de Zeus allait vers sa fin.

Commence, Muse, quand les deux premiers se sont cassés et se sont affrontés,

Agamemnon seigneur des hommes et Achille.

Achille a découvert que Chryseis, prisonnière de guerre troyenne et prophétesse d’Apollon, était la cause de la peste d’Apollon sur les Grecs et a ordonné sa libération. Irrité par l’action d’Achille, Agamemnon a riposté en prenant Briseis, une esclave d’Achille. Cette petite querelle a causé des pertes dévastatrices aux Grecs. Achille a refusé de se battre jusqu'à ce qu'Agamemnon lui rende Briseis, et les Grecs ne pourraient pas gagner la guerre sans leur héros presque invulnérable.

Paris contre Ménélans

Menel et Paris lutte contre la gravure de poterie.

C'est à cette époque que les Troyens et les Grecs sont parvenus à un accord. Afin d'endiguer les pertes en vies humaines, Ménélas et Paris se battraient en tête-à-tête pour Helen. Ménélas, un guerrier vicieux, était plus qu'un match pour Paris, faible en comparaison. Au milieu du combat, l’épée de Ménélas s’est cassée en deux, peut-être à cause de l’interférence d’un dieu. Ce fut cependant un revers mineur pour Ménélas. Le brutal roi spartiate engagea Paris au corps à corps, saisissant le faible cheval de Troie par le casque et le traînant. Si Aphrodite n’était pas intervenu et avait coupé la sangle qui retenait le casque de Paris, le jeune cheval de Troie serait sûrement mort des mains de Ménélas. Libéré de l’emprise mortelle du Spartan, Paris a fui vers la sécurité de Troie à l’aide d’un nuage fourni par Aphrodite.

L'honneur des Grecs fut une fois de plus offensé par la lâcheté de Paris et la soif de sang se répandit parmi les soldats: «Terreur et Destruction et Conflit, dont la fureur ne se relâche jamais, tous amis du dieu de la guerre meurtrier, étaient là pour pousser les hommes se massacrer. » (Hamilton 266) Avec un peu d'aiguillon supplémentaire d'Athéna et d'Héra, la guerre était de retour.

Dieux sur le champ de bataille

La bataille atteignit maintenant un paroxysme. Héra et Athéna se sont joints au héros grec Diomède pour combattre Ares, qui combattait aux côtés d'Hector. Les deux déesses guidèrent la lance de Diomède directement dans la poitrine d'Arès, qui rugit de douleur: «Le dieu de la guerre hurla aussi fort que dix mille cris au combat, et au son affreux tremblement s'empara de toute l'armée, Grecs et Troyens. ' (Hamilton 267) Ares, dont l'orgueil sauvage ne pouvait tolérer une blessure d'un simple mortel, s'enfuit à l'Olympe pour soigner sa blessure et la bataille hors des murs de Troie reprit. Aphrodite, étant la moins guerrière des dieux, a également fui vers l'Olympe après avoir subi une blessure mineure.

Pour compliquer davantage les choses pour les Grecs, la mère d’Achille, Thétis, a persuadé Zeus d’agir au nom des Troyens pour venger davantage la perte de Briseis par Achille. Elle espérait que la guerre prendrait fin avant que son fils puisse changer d'avis et retourner au combat. Cependant, Hera ne supporterait pas l’ingérence de son mari. Elle a vêtu sa robe la plus séduisante et a utilisé la ceinture d'Aphrodite, qui a rendu le porteur irrésistible, pour séduire Zeus. Alors que le dirigeant de l'Olympe était «préoccupé», la bataille tourna en faveur des Grecs.

La mort de Patrocle

Mort de Patrocle peinture de guerre de Troie.

Malgré l’aide rapide d’Hera, Hector restait un obstacle gênant. Il semblait que l'avantage du terrain était trop important pour les Grecs. De plus, les Grecs étaient fatigués de neuf ans de combat pour récupérer l’épouse d’un homme. Lorsque Zeus découvrit la trahison d’Héra et revint en force, même l’ambitieux Agamemnon, qui avait hâte d’ajouter Troie à son royaume, envisagea une retraite.

C’est à ce moment sombre que Patrocle, le cousin d’Achille, a revêtu l’armure d’Achille et s’est rendu sur le champ de bataille. Patrocle rencontra Hector au combat et Hector le tua rapidement, pensant que le jeune homme était Achille. Malgré le vol d'une victoire aussi glorieuse, Hector savourait toujours la mort d'un adversaire redoutable et a enlevé l'armure d'Achille du corps de Patrocle pour la porter comme trophée.

Le lendemain, les dieux de l'Olympe étaient de nouveau dans le feu de la bataille. «Les dieux se battaient maintenant aussi, aussi vivement que les hommes, et Zeus assis à part dans l'Olympe se mit à rire agréablement de lui-même quand il vit un dieu égalé contre un dieu: Athéna abattant Ares au sol; Hera saisissant l'arc d'Artémis de ses épaules et enfonçant ses oreilles avec ça et ça; Poséidon provoquant Apollon avec des mots moqueurs pour le frapper en premier. (Hamilton 273)

La colère d'Achille

Benjamin West Thetis apportant l

Pendant ce temps, Thetis a apporté à contrecœur l'armure de remplacement de son fils forgée par Hephaestus. Avec sa nouvelle armure, Achille avait hâte de rejoindre le combat et de venger son cousin Patrocle. Hector savait qu'Achille serait sa perte. Dans un acte de lâcheté inhabituel, Hector a fui Achille, qui a poursuivi le cheval de Troie autour des murs de la ville trois fois avant qu'Hector ne s'arrête pour lui faire face. Sachant que sa mort était proche, Hector demanda une alliance selon laquelle le vainqueur honorerait le cadavre du vaincu, allant même jusqu'à offrir à Achille une récompense pour cela. Dans la traduction de Fagles, Achille a répondu:

Voudrait ma rage, ma fureur me conduirait maintenant

Pour hacher votre chair et vous manger cru -

Tu m'as causé de telles souffrances! Une rançon?

Aucun homme vivant ne pourrait vous éloigner des chiens

Pas s'ils transportent dix, vingt fois cette rançon

Et empilez-le ici devant moi et promettez-moi plus de fortune

Non, même si Dardan Priam devrait proposer de peser

Votre gros en or! Pas même alors ta noble mère

Allonge-toi sur ton lit de mort, pleure le fils qu'elle a enfanté ...

Les chiens et les oiseaux vous déchireront - du sang et des os!

Achille attaqua alors vicieusement Hector et exploita les points faibles de son ancienne armure, qu'Hector portait. Il a enfoncé une lance dans la gorge d’Hector, a attaché les chevilles du héros troyen et a traîné le cadavre derrière son char alors qu’il chevauchait les murs de Troie.

Plus tard dans la nuit, le roi Priam est entré hardiment dans le camp grec avec le soutien des dieux, s'est approché d'Achille et a demandé le retour du corps mutilé de son fils pour l'enterrement. Achille montra de la sympathie au roi vieillissant et rendit le corps d’Hector; les Troyens ont honoré Hector avec un bûcher funéraire derrière les murs de la ville la même nuit.

C'est là que Homer a choisi de terminer L'Iliade. La traduction de Robert Fagles fait 537 pages sans pour autant le matériel supplémentaire fourni par l'éditeur, qui devrait vous donner une idée claire de la quantité de détails qu'Homère inclut sur cette partie relativement brève de la guerre.

La mort d'Achille

Mort d

Peu de temps après avoir vaincu Hector, Achille a rencontré son propre destin. Après avoir combattu les Troyens tout le chemin du retour contre les murs de leur ville, Achille sentit que la victoire était proche, mais savait aussi que sa propre mort serait proche. C’est à ce moment critique que Paris a tiré une flèche, guidée par Apollon, directement dans le talon d’Achille, tuant le guerrier grec autrement imparable. Ajax a ramené le corps d'Achille au camp grec tandis qu'Ulysse et ses hommes tenaient les Troyens à distance.

Dans le camp grec, les guerriers survivants ont pleuré la perte d'Achille et ont eu du mal à décider qui revêtirait sa puissante armure forgée par Héphaïstos. Odysseus et Ajax ont été sélectionnés comme les candidats les plus dignes. Les héros grecs restants ont voté en secret et Ulysse a reçu l'armure. Ajax, furieux que l'armure ne lui ait pas été donnée, devint temporairement fou, abattit un certain nombre de bétail et battit à mort un bélier à mains nues; dans sa fureur délirante, il croyait que le bélier était Ulysse. Quand Ajax est revenu à sa raison, il a réalisé la honte qu'il s'était provoquée et a choisi de se suicider.

La mort de Paris

Odysseus, désireux de retourner auprès de sa femme et de son fils, a pris les choses en main. Capturant un prophète troyen, il tint l’homme à bout de couteau et exigea de savoir comment vaincre les chevaux de Troie. Le prophète a révélé que les Grecs auraient besoin de l'arc d'Hercule s'ils voulaient obtenir la victoire. Odysseus a pris ses hommes et a voyagé pour trouver Philoctète, le gardien de l'arc d'Hercule. Quand ils sont revenus sur le champ de bataille, Philoctète a utilisé l'arc pour tirer Paris à travers la poitrine. Effrayé et mourant, Paris a crié à Oenone, la nymphe avec laquelle il avait eu une relation amoureuse avant de recevoir son prix d'Aphrodite. Oenone a refusé de guérir la blessure de Paris et il est mort. Dans son chagrin, Oenone s'est ensuite suicidée.

Le cheval de Troie

Cheval de Troie énorme peinture de guerre de leurre trojan.

C'était maintenant la dixième année de la guerre. Hector et Paris étant morts, les Grecs avaient l'avantage dont ils avaient besoin pour vaincre les Troyens. Une fois de plus, Odysseus a pris les choses en main. Il a demandé à ses hommes de construire un cheval en bois avec suffisamment d'espace vide à l'intérieur pour contenir Ulysse et plusieurs dizaines de soldats. Ulysse dit alors à Agamemnon de prendre les soldats grecs restants et de naviguer vers une crique hors de vue des tours de guet de Troie.

Le lendemain, lorsque les Troyens arrivèrent sur le champ de bataille, ils ne trouvèrent que le grand cheval de bois et un soldat grec solitaire, qui rapportèrent que l'armée grecque avait abandonné et était partie dans la nuit. En échange d'avoir épargné sa vie, il a parlé aux Troyens du mystérieux cheval de bois. Il a affirmé que les Grecs avaient construit le cheval comme une offrande à Athéna dans l'espoir que les Troyens suspects le détruiraient et invoqueraient la colère de la déesse. Les Troyens ont acheté l'histoire et ont emmené le cheval dans la ville dans le cadre de leur célébration de la victoire; à l'intérieur, le rusé Odysseus et des dizaines de ses meilleurs hommes s'accroupirent, attendant silencieusement la nuit.

Au cours de la célébration, Helen est passée devant le cheval de bois, passant la main dessus. Les hommes à l'intérieur, dont la plupart n'avaient pas vu de femme depuis dix ans, étaient impatients de l'appeler. Seul Ulysse avait la maîtrise de soi pour résister, serrant ses mains fortes sur la bouche de son soldat le plus faible pour empêcher la convoitise de l'homme de révéler leur cachette.

Lorsque les Troyens se sont retirés pour la nuit, Ulysse et ses hommes sont entrés en action. Ils ont sauté hors de leur cachette à l'intérieur du cheval, tué les gardes de la tour de guet et ouvert les portes de la ville pour le reste de l'armée grecque (qui avait laissé leur cachette sous le couvert de l'obscurité). Les Grecs ont commencé à brûler la ville. Au moment où les chevaux de Troie se sont réveillés et ont vu ce qui se passait, tout était perdu. Les Troyens combattirent sauvagement cette nuit-là; leur seule préoccupation était de tuer autant de Grecs que possible. Quelques chevaux de Troie intelligents ont revêtu l'armure des soldats grecs tombés au combat pour se déguiser, mais il était trop peu trop tard. Les Grecs avaient gagné. La guerre de Troie était terminée.

Fait intéressant, malgré le soutien supposé de Zeus, Artemis et Apollo, les Olympiens ne sont pas venus en aide aux Troyens ce jour-là. Aphrodite a été la seule à agir: elle a aidé l'un de ses fils mortels, Enée, à s'échapper de la ville et a renvoyé Hélène dans les bras de Ménélas.

Récapitulation du jour

La guerre de Troie est une pièce maîtresse de la mythologie grecque. C'est une histoire de luxure, de trahison, de courage, d'ingéniosité et de persévérance que peu d'histoires peuvent rivaliser. Dans le dernier article de cette série, nous examinerons la lutte d'Odysseus pour rentrer chez lui après la guerre de Troie et examinerons quelques moyens d'appliquer pratiquement nos connaissances de base de la mythologie grecque.

Introduction à la série de mythologie grecque:
Les dieux et déesses
Le monde mortel et ses héros
La guerre de Troie
L'Odyssée et l'application de ce que nous avons appris